Logo Cedias Centre d'études, de documentation, d'information et d'action sociales
Année de la revue: 
2002
Numéro de la revue: 
n° 1 / 2002
Couverture de la revue: 

Les politiques publiques, aujourd’hui plus encore qu’hier, s’interrogent sur la participation et l’implication des citoyens à la « res publica », la chose publique. Vie sociale consacre ce numéro plus particulièrement à l’injonction de participation adressée par la collectivité publique aux précarisés sociaux et posée comme une nécessité de cohésion sociale.

Serge Ebersold fait une analyse critique du modèle participatif en construction, moins pour le rejeter que pour en souligner les dérives possibles dans une appréhension strictement fonctionnaliste du monde social, faisant de « l’aptitude à participer » la condition de l’inclusion sociale, de l’employabilité ou de l’éducabilité.

Jean-Yves Barreyre, en revenant sur le vote de la nouvelle classification internationale du fonctionnement humain, illustre cette analyse en soulignant les risques d’une normalisation des participations sociales si la société n’est pas respectueuse des choix de vie de chacun.

Les travaux de Jean-Marc Lesain-Delabarre autour de l’intégration scolaire des enfants handicapés montrent ici que d’une part, les enseignants et les professionnels ne partagent pas les mêmes représentations que les parents de leurs rôles et leurs compétences et que, d’autre part, participer à l’intégration de son enfant handicapé suppose de grandes compétences dans le « métier » de parents.

Les deux articles suivants sont une description de deux expériences européennes en termes de participation : l’une analyse les coûts et avantages de la participation des personnes handicapées en Belgique à partir du dispositif-Carat (Pierre Leboutte) ; l’autre décrit l’expérience des coopératives sociales en Italie (Enzo Pezzini).

Hervé MarciUat et Mylène Chevalier décrivent ensuite les conditions de la participation des résidents dans une Maison d’accueil rurale pour personnes âgées.

Le dernier article de ce dossier (Joëlle Bordet) développe un point de vue plus militant, à partir de deux expériences de participations d’habitants dans deux quartiers urbains.