Logo Cedias Centre d'études, de documentation, d'information et d'action sociales
Année de la revue: 
2005
Numéro de la revue: 
n° 1/2005
Couverture de la revue: 

Bien des chercheurs en histoire sociale se trouvent de plus en plus confrontés aux images et photographies et se sentent souvent démunis quant à l’utilisation et l’interprétation qu’ils peuvent en faire. Ils rencontrent des difficultés d’ordre technique sur l’utilisation d’un fonds iconographique et d’ordre épistémologique concernant l’usage de l’image (quelle interprétation, quelle validité, quel sens…).

Par ailleurs, le problème de l’éparpillement et de la conservation des fonds se révèle préoccupant ; il serait urgent de mettre en œuvre une véritable politique de sauvegarde et de diffusion des archives du social.

Le CEDIAS-Musée social et le Réseau histoire du travail social ont jugé utiles d’organiser, le 24 juin 2004, un colloque sur ce thème d’actualité en collaboration avec quelques autres associations d’histoire du social. Ce numéro de revue rend compte de cette manifestation.

L’article de Françoise Denoyelle rappelle ce qu’est un fonds Iconographique, comment le définir, comment le gérer. Il porte sur le droit et les normes. Pascale Goetschel fait part des réflexions des historiens sur la place de l’image dans l’histoire sociale.

S’ensuivent cinq autres articles montrant, à partir d’exemples précis basés sur des documents visuels, quel usage on peut faire de l’iconographie : est-ce une simple illustration, une source d’information ? Comment l’interpréter ? Quels liens entre représentations et réalités ? Comment la replacer dans une comparaison avec d’autres sources ? Bref quel sens, quelle validité peut-on donner à ces fonds iconographiques qu’ils soient de sources publiques, privées ou institutionnelles ?

Enfin, ce numéro présente quelques bases de données Iconographiques, avec des objectifs institutionnels entraînant des choix différents de gestion et d’utilisation des fonds.

Par cette réflexion collective, Vie Sociale espère ainsi apporter une contribution fructueuse au débat sur l’usage de l’iconographie dans l’histoire sociale.