Logo Cedias Centre d'études, de documentation, d'information et d'action sociales
Année de la revue: 
2008
Numéro de la revue: 
n° 1 / 2008
Couverture de la revue: 

On entend généralement par « non-recours » le fait que bon nombre d’ayants droit à différentes prestations d’aide sociale ne font pas valoir leurs droits. Si cette notion est aujourd’hui de plus en plus utilisée dans le discours sociopolitique français et soulignée par différentes recherches récentes en sciences sociales, il est plus difficile d’une part de la quantifier précisément au niveau national et d'autre part de donner une interprétation sociologique cohérente de ses causes. Il est le produit de plusieurs facteurs liés non seulement au bénéficiaire et à son comporte­ment, mais aussi aux organismes chargés de verser la prestation et, enfin, à la façon dont la prestation a été conçue.

Au vu des recherches et études existantes, le phénomène de non- recours tiendrait à « trois grandes causes », qui agiraient de façon combinée :

  • le manque d’information liée à la prestation ou une mauvaise com­préhension des dispositifs ;
  • les erreurs de la part des services chargés de contrôler la validité des demandes, les défaillances du traitement administratif des demandes ayant pour conséquence de priver certains ayants droit d'un accès effectif aux prestations ;
  • les résistances d’ordre psychologique de la part des bénéficiaires potentiels qui peuvent se sentir stigmatisés et éprouver un sentiment de honte à percevoir certaines aides d’assistance ou encore une méfiance devant les « contrôles sociaux ».

Le Département études et recherche de I’IRTS Ile-de-France Montrouge / Neuilly-sur-Marne a organisé, en décembre 2007, une journée d’études sur ce thème, en conviant chercheurs et professionnels à partager leurs réflexions sur les attitudes et motivations de « ceux qui ne demandent rien » : ces usagers potentiels de droits et de dispositifs sociaux doivent-ils être appréhendés comme « hors jeu, résignés ou résistants ? »

Ce numéro de Vie Sociale rassemble les différentes communications qui ont eu lieu au cours de cette journée. Elles permettent d’explorer les différentes facettes du phénomène, en s’appuyant, pour une part d’entre elles, sur l’exemple de la CMU complémentaire, dispositif sur lequel ont été conduites plusieurs recherches.

 

Consulter sur Cairn

Parties: